Ces 18 métiers bien payé que personne ne veut faire en 2024

métiers bien payé que personne ne veut faire

Il existe des métiers que personne ne veut faire, bien souvent à cause du fait qu’ils sont éprouvants ou de mauvaise réputation. Pourtant ces métiers que personne ne veut faire sont demandé et plutôt bien payé. Voici pour vous 18 métiers que personne ne veut faire en 2024.

  • Employé de plateforme pétrolière
  • Technicien en élimination des déchets dangereux
  • Nettoyeur de scène de crime
  • Contrôleur de trafic aérien
  • Médecin légiste
  • Agent funéraire
  • Inséminateur
  • Dératiseur
  • Technicien en radiologie interventionnelle
  • Démineur
  • Sondeur en géologie (notamment dans les zones extrêmes)
  • Éboueur
  • Foreur en mer
  • Opérateur assainissement
  • Testeur de médicament
  • Épuration des eaux usées
  • Huissier de justice
  • Conducteur de véhicules de transport de matières dangereuses

Éboueur

Les éboueurs assurent la propreté et l’hygiène de nos villes en collectant et en traitant les déchets ménagers et industriels. Ce métier est souvent évité à cause de sa nature jugée sale, de son aspect physique exigeant, et du risque de blessures ou d’exposition à des substances nocives. Malgré cela, le métier d’éboueur offre une rémunération attractive. En France, le salaire varie selon la région et l’expérience, débutant autour de 1 500 € par mois, avec la possibilité d’augmenter, surtout dans les grandes villes.

Devenir éboueur

Pour entrer dans cette profession, il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme spécifique. Les candidats doivent être majeurs et présenter une bonne condition physique pour supporter les tâches exigeantes du métier. Une fois recruté, une formation pratique est fournie par l’employeur, couvrant les techniques de levage sécuritaires et l’utilisation de l’équipement.

Technicien en élimination des déchets dangereux

Les techniciens en élimination des déchets dangereux gèrent le retrait, le transport et la disposition sécurisée de matériaux dangereux. Cette profession est souvent évitée en raison des risques pour la santé et la sécurité associés à la manipulation de substances toxiques, inflammables ou corrosives. Le travail exige une grande attention aux détails et le respect strict des protocoles de sécurité pour éviter les accidents. En France, les techniciens spécialisés dans ce domaine peuvent s’attendre à un salaire de départ autour de 2 000 € par mois, avec des perspectives d’augmentation significative avec l’expérience et les qualifications supplémentaires.

Devenir technicien en élimination des déchets dangereux

L’accès à cette profession nécessite généralement un diplôme de niveau bac professionnel ou technologique dans un domaine lié à l’environnement, à la chimie ou à la sécurité.. Les candidats doivent obtenir des certifications liées à la gestion des matériaux dangereux, qui varient selon le type de déchet manipulé.


Nettoyeur de scène de crime

Les nettoyeurs de scène de crime interviennent après les enquêtes policières pour nettoyer et désinfecter les lieux, éliminant les fluides corporels, les tissus, et d’autres substances potentiellement infectieuses. La nature de ce travail, confrontant directement les conséquences de crimes violents, peut être psychologiquement éprouvante, ce qui explique la réticence de nombreuses personnes à embrasser cette carrière. En dépit de ces défis, le métier offre une rémunération qui reflète la difficulté et l’importance de la tâche, avec des salaires débutant souvent à partir de 2 000 € par mois en France.

Devenir nettoyeur de scène de crime

Pour devenir nettoyeur de scène de crime, il n’est pas nécessaire d’avoir un diplôme spécifique, mais une formation professionnelle est fortement recommandée pour maîtriser les techniques de nettoyage spécialisées et comprendre les protocoles de manipulation des matériaux dangereux. Les candidats doivent suivre des cours sur les risques biologiques et obtenir une certification en nettoyage de scène de crime, qui enseigne les méthodes de désinfection et de protection contre les infections.

Inséminateur

L’inséminateur joue un rôle crucial dans le secteur de l’agriculture, en s’occupant de l’insémination artificielle des animaux pour améliorer la reproduction et la qualité des élevages. Bien que ce travail soit essentiel pour l’efficacité de la production agricole et l’amélioration génétique des troupeaux, il est souvent évité en raison de la nature délicate et technique de la tâche, qui peut impliquer de travailler dans des conditions peu attrayantes et exiger une manipulation directe des animaux. Le salaire pour ce métier peut varier en fonction de l’expérience et de la région, avec une moyenne débutant autour de 1 800 € à 2 500 € par mois en France.

Devenir inséminateur

Pour devenir inséminateur, une formation spécifique est nécessaire. Les candidats doivent généralement posséder un diplôme dans un domaine lié à l’agriculture, comme un BTSA Productions Animales, complété par une formation professionnelle en insémination artificielle. Cette formation, souvent proposée par des organisations professionnelles ou des instituts de formation agricole, couvre la biologie de la reproduction, les techniques d’insémination, le bien-être animal, et la gestion de la fertilité.

Agent funéraire

L’agent funéraire joue un rôle indispensable dans l’organisation des funérailles, s’occupant des aspects pratiques et émotionnels liés au décès d’une personne. Ce métier est souvent évité à cause de son contact constant avec le deuil et la mort, ce qui peut être psychologiquement difficile à gérer sur le long terme. De plus, les horaires peuvent être irréguliers, avec des appels en dehors des heures de travail habituelles. En France, le salaire d’un agent funéraire varie généralement entre 1 800 € et 2 500 € par mois, selon l’expérience et la localisation.

Devenir agent funéraire

Pour devenir agent funéraire, avoir un diplôme dans le domaine du funéraire, tel qu’un CAP Accompagnant éducatif petite enfance ou un Bac Pro Services aux personnes et aux territoires est le mieux, complété par une formation spécifique au secteur funéraire. Des formations professionnelles sont disponibles et peuvent inclure des cours sur la législation funéraire, la gestion des entreprises de pompes funèbres, la psychologie du deuil, ainsi que des compétences pratiques telles que la préparation des corps.

Dératiseur

Le dératiseur contrôle les populations de rongeurs et autres nuisibles, contribuant à la santé publique et à la protection des biens. Ce métier est souvent évité en raison de la nécessité de travailler dans des environnements parfois insalubres et de manipuler des produits chimiques potentiellement dangereux. Le travail peut également être perçu comme désagréable à cause de la nature des tâches, incluant l’élimination de nuisibles morts et la confrontation avec des scènes parfois répugnantes. En France, un dératiseur débutant peut s’attendre à un salaire d’environ 1 800 € par mois, avec des perspectives d’augmentation selon l’expérience et les qualifications supplémentaires.

Devenir dératiseur

Pour devenir dératiseur, une formation spécifique n’est pas toujours requise, mais un diplôme de niveau CAP ou Bac dans un domaine pertinent comme l’hygiène, la sécurité ou l’environnement peut être avantageux. Des formations professionnelles dédiées au contrôle des nuisibles sont également disponibles et peuvent offrir une certification reconnue dans le secteur. Ces formations couvrent généralement les techniques de dératisation, l’utilisation sécurisée des produits chimiques, ainsi que les règlementations sanitaires et environnementales en vigueur.

Employé de plateforme pétrolière

Les employés de plateformes pétrolières ont pour objectifs l’extraction de pétrole et de gaz naturel, travaillant dans l’un des environnements les plus exigeants et isolés au monde. Ce métier est souvent évité en raison des conditions de travail difficiles, y compris le risque d’accidents, l’exposition aux éléments, et les longues périodes passées loin de chez soi. Malgré ces défis, les postes sur les plateformes pétrolières sont parmi les mieux rémunérés dans le secteur de l’énergie, avec des salaires de base commençant souvent autour de 2 500 € par mois pour les novices, pouvant aller bien au-delà pour les postes spécialisés et expérimentés.

Devenir employé de plateforme pétrolière

Pour devenir employé de plateforme pétrolière, un niveau d’éducation formelle spécifique n’est pas toujours exigé, mais un diplôme ou une certification dans un domaine technique, comme l’ingénierie, la mécanique, ou la géologie, peut être un avantage.

Les candidats doivent suivre une formation de sécurité offshore, telle que la formation BOSIET (Basic Offshore Safety Induction and Emergency Training), qui couvre la survie en mer, la lutte contre les incendies, et les premiers secours. Les employés potentiels doivent être en excellente condition physique et prêts à travailler dans des conditions extrêmes.

Médecin légiste

Les médecins légistes réalisent des autopsies pour déterminer les causes de décès et fournissent des témoignages d’expert lors de procès. Ce métier est souvent évité à cause de la nature de son travail, qui implique une interaction constante avec la mort et peut être psychologiquement éprouvant. De plus, les longues années de formation requises pour se qualifier peuvent décourager de nombreux candidats. En France, un médecin légiste peut s’attendre à un salaire qui débute aux environs de 4 000 € par mois, avec la possibilité d’augmenter significativement avec l’expérience et les qualifications supplémentaires.

Devenir médecin légiste

Pour devenir médecin légiste, il est nécessaire de suivre un long parcours de formation. Initialement, cela implique d’obtenir un diplôme en médecine, ce qui prend généralement six ans, suivi par une spécialisation en médecine légale, qui peut durer de quatre à cinq ans. Les candidats doivent réussir l’examen national de fin d’études médicales pour obtenir leur licence de pratique, puis s’inscrire dans un programme de résidence en pathologie ou en médecine légale.

Après avoir terminé avec succès leur résidence, les médecins doivent souvent passer des examens supplémentaires pour être certifiés en médecine légale.

Démineur

Les démineurs détectent et neutralisent les mines terrestres et autres explosifs non explosés. Ce métier est souvent évité en raison de son extrême dangerosité et du stress psychologique associé à la possibilité de blessures graves ou de décès. La précision et la concentration requises pour identifier et désamorcer les explosifs font de cette profession l’une des plus stressantes. En France, les salaires des démineurs peuvent varier considérablement en fonction de l’employeur (organismes gouvernementaux, ONG internationales, entreprises privées de déminage), mais ils débutent généralement autour de 2 000 € par mois, avec des possibilités d’augmentation pour ceux possédant une expérience et des qualifications spécialisées.

Devenir démineur

Pour devenir démineur, une formation spécifique est requise. Les candidats doivent souvent commencer par suivre des cours de base en déminage, proposés par des organisations spécialisées ou des institutions militaires. Ces formations couvrent les techniques de détection des mines, les procédures de désamorçage, ainsi que les premiers secours en cas d’accident. Bien qu’un parcours militaire puisse offrir une base solide en raison de l’expérience pratique acquise, il existe également des programmes civils de certification en déminage.

Après la formation initiale, les démineurs doivent continuellement mettre à jour leurs connaissances et techniques face à l’évolution des technologies explosives.

Testeur de médicament

Les testeurs de médicaments, également connus sous le nom de participants aux essais cliniques, aident au développement de nouveaux traitements médicaux en testant leur sécurité et leur efficacité.

Ce métier est souvent évité en raison des risques potentiels pour la santé associés à la prise de médicaments non approuvés, y compris les effets secondaires inconnus ou indésirables. Les participants peuvent ressentir de l’anxiété face à l’incertitude de ces effets.

En France, la rémunération pour participer à des essais cliniques varie largement en fonction de l’étude, de sa durée et des risques potentiels, avec des compensations allant de quelques centaines à plusieurs milliers d’euros par essai.

Devenir testeur de médicament

Pour participer à des essais cliniques en tant que testeur de médicaments, il n’est pas nécessaire d’avoir une formation médicale ou scientifique spécifique, mais les candidats doivent répondre à des critères de sélection précis qui varient selon l’étude.

Huissier de justice

Les huissiers de justice sont des officiers ministériels chargés de l’exécution des décisions de justice, de la signification des actes et de la réalisation de constats. Ce métier est souvent évité en raison de la nature conflictuelle du travail, qui implique de faire face à des personnes parfois hostiles ou en situation de détresse financière.

En France, le salaire d’un huissier de justice peut être très variable, dépendant en grande partie de la pratique individuelle et de la localisation de son étude. Les revenus peuvent commencer autour de 3 000 € par mois pour un huissier débutant associé, mais peuvent augmenter significativement avec l’expérience et le volume d’activité de l’étude.

Devenir huissier de justice

Pour devenir huissier de justice en France, un parcours de formation juridique spécifique est requis. Voici les étapes principales :

  1. Obtenir un Master en droit : La première étape consiste à obtenir un Master (M1 ou M2) en droit, de préférence avec une spécialisation dans les domaines du droit privé, du droit des affaires, ou du droit de la procédure.
  2. Réussir l’examen d’entrée au stage professionnel : Après l’obtention du Master, les candidats doivent passer et réussir l’examen d’entrée au stage professionnel d’huissier de justice, qui est organisé par la Chambre Nationale des Huissiers de Justice.
  3. Effectuer un stage professionnel : Une fois admis, un stage de deux ans doit être effectué dans une étude d’huissier de justice. Ce stage permet d’acquérir une expérience pratique des différentes facettes du métier.
  4. Réussir l’examen professionnel : À la fin du stage, les candidats doivent passer un examen professionnel pour pouvoir exercer en tant qu’huissier de justice.
  5. Prêter serment : Après avoir réussi l’examen professionnel, le futur huissier de justice doit prêter serment devant la Cour d’Appel.
  6. S’installer ou s’associer : Enfin, l’huissier peut choisir de s’installer à son compte ou de s’associer avec une étude existante.

Épuration des eaux usées

L’épuration des eaux usées est un métier qui consiste à traiter les eaux contaminées pour les rendre propres et sûres avant leur retour dans l’environnement ou leur réutilisation. Ce métier est important pour la protection de la santé publique et de l’environnement.

Cependant, il est souvent évité en raison des défis qu’il présente, comme travailler avec des substances malodorantes et potentiellement dangereuses, ainsi que les conditions parfois physiquement exigeantes du travail. Le salaire pour ce métier en France commence généralement autour de 1 800 € par mois pour les débutants, avec des possibilités d’augmentation en fonction de l’expérience et des qualifications supplémentaires.

Comment devenir professionnel de l’épuration des eaux usées

Pour embrasser une carrière dans l’épuration des eaux usées, il est conseillé de suivre un parcours éducatif spécialisé. Un diplôme de niveau CAP ou Bac professionnel dans un domaine lié à l’environnement ou à la gestion de l’eau est un bon point de départ. Les formations techniques spécifiques au traitement des eaux usées sont également bénéfiques, couvrant des sujets tels que la chimie de l’eau, la microbiologie, et les systèmes de traitement.

Après l’obtention du diplôme, acquérir une certification professionnelle peut être nécessaire, en particulier pour des rôles qui nécessitent une expertise technique approfondie. Ces certifications peuvent inclure des compétences en manipulation sécurisée des substances dangereuses et en opérations de systèmes de traitement.

Technicien en radiologie interventionnelle

La radiologie interventionnelle est une spécialité médicale qui utilise des techniques d’imagerie pour guider des procédures minimales invasives pour diagnostiquer et traiter les maladies. Les techniciens en radiologie interventionnelle travaillent étroitement avec les radiologues pour préparer et effectuer ces procédures. Ce métier est souvent évité en raison de la complexité des compétences techniques requises et de l’exposition potentielle aux radiations, malgré les mesures de sécurité strictes. En outre, la nature des interventions peut être stressante, compte tenu des enjeux élevés pour la santé des patients. En France, le salaire pour ce rôle peut varier, débutant généralement autour de 2 200 € par mois pour un technicien débutant, avec des perspectives d’augmentation significative avec l’expérience et les qualifications supplémentaires.

Devenir technicien en radiologie interventionnelle

Pour devenir technicien en radiologie interventionnelle, un parcours éducatif et professionnel dédié est nécessaire. Les aspirants à ce métier doivent initialement obtenir un diplôme dans le domaine de la radiologie, souvent un DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) ou un BTS (Brevet de Technicien Supérieur) en imagerie médicale et radiologie thérapeutique. Ces programmes offrent une base solide en anatomie, en physique des radiations, et dans les techniques d’imagerie.

Après l’obtention du diplôme, une spécialisation en radiologie interventionnelle peut être requise, ce qui implique souvent de suivre des formations supplémentaires spécifiques à cette discipline. Ces formations sont conçues pour enseigner les compétences techniques avancées nécessaires pour assister dans des procédures guidées par l’image, telles que les biopsies, les placements de cathéters, et d’autres interventions.

Conducteur de véhicules de transport de matières dangereuses

Conduire des véhicules transportant des matières dangereuses est un métier à haute responsabilité, souvent évité en raison des risques d’accidents et de la nécessité de respecter des réglementations strictes. Le travail demande vigilance et conformité aux normes de sécurité. En France, un conducteur débutant peut s’attendre à un salaire autour de 2 000 € par mois, avec des augmentations possibles grâce à l’expérience et aux qualifications.

Devenir conducteur de véhicules de transport de matières dangereuses

La première étape est d’obtenir un permis poids lourds, suivi par la formation ADR spécifique au transport de matières dangereuses. Cette formation enseigne la manipulation sécurisée et les procédures d’urgence. Les conducteurs doivent aussi se tenir à jour avec les réglementations en vigueur et peuvent bénéficier d’une expérience sous la supervision de professionnels expérimentés. La réussite dans ce métier exige rigueur, attention et une communication efficace.

Foreur en mer

Le foreur en mer travaille sur des plateformes pétrolières et gazières offshore, effectuant des opérations de forage pour l’extraction de ressources naturelles. Ce métier, réputé pour son environnement de travail difficile et isolé, exige une grande endurance physique et mentale. Les risques liés aux conditions météorologiques extrêmes, à l’isolement et aux potentiels accidents rendent ce poste moins attrayant. En France, le salaire pour un foreur en mer débutant peut débuter à environ 2 500 € par mois, avec des perspectives d’augmentation significatives basées sur l’expérience, les compétences spécifiques et les responsabilités sur la plateforme.

Devenir foreur en mer

Pour devenir foreur en mer, une formation technique ou professionnelle dans le domaine du forage, de la géologie ou de l’ingénierie pétrolière est souvent requise. Les nouveaux employés reçoivent généralement une formation spécifique au forage offshore, incluant la sécurité, le maniement des équipements et les procédures d’urgence. Obtenir des certifications en santé et sécurité au travail, comme le BOSIET (Basic Offshore Safety Induction and Emergency Training), est indispensable pour accéder aux plateformes offshore. La capacité à travailler en équipe, la résilience face aux conditions de travail exigeantes et une forte attention à la sécurité sont essentielles pour réussir dans ce rôle.

Opérateur assainissement

L’opérateur assainissement est chargé du fonctionnement et de la maintenance des systèmes d’assainissement pour traiter les eaux usées. Ce rôle est crucial pour protéger la santé publique et l’environnement mais attire moins de candidats en raison des conditions de travail qui peuvent impliquer des odeurs désagréables et le contact avec des déchets. En France, le salaire d’un opérateur assainissement débutant se situe généralement autour de 1 800 € par mois, pouvant augmenter avec l’expérience et les qualifications supplémentaires.

Devenir opérateur assainissement

Pour devenir opérateur assainissement, un diplôme de niveau CAP ou Bac professionnel dans un domaine lié à l’eau et à l’assainissement est souvent nécessaire. Les candidats peuvent aussi bénéficier de formations spécifiques à l’opération et à la maintenance des installations d’assainissement. Acquérir une expérience pratique à travers des stages ou en travaillant dans des installations d’assainissement améliore les compétences techniques et la compréhension des processus de traitement. La capacité à suivre des procédures strictes et à travailler de manière autonome ou en équipe sont des atouts pour ce métier.

Sondeur en géologie (notamment dans les zones extrêmes)

Le sondeur en géologie, spécialisé dans l’exploration de zones extrêmes, joue un rôle clé dans la découverte de ressources naturelles en travaillant dans des environnements difficiles comme les déserts, l’Arctique, ou en haute mer. La nature du travail, exigeant de longues périodes loin de chez soi et une exposition à des conditions climatiques extrêmes, rend ce métier moins attrayant pour beaucoup. En France, un sondeur en géologie débutant peut s’attendre à un salaire débutant autour de 2 500 € par mois, avec des augmentations possibles en fonction de l’expérience, des compétences et des spécificités du projet.

Devenir sondeur en géologie dans les zones extrêmes

Pour embrasser une carrière de sondeur en géologie, une formation en géosciences ou en géologie est essentielle, souvent à un niveau Bac+2 ou supérieur. Les aspirants doivent ensuite se spécialiser dans les techniques de forage et d’exploration adaptées aux environnements extrêmes, ce qui peut inclure des formations spécifiques à l’industrie pétrolière et gazière, minière, ou à la recherche scientifique. Acquérir des certifications en sécurité et survie spécifiques aux zones extrêmes, comme le BOSIET pour les opérations offshore, est également indispensable. L’expérience pratique, obtenue à travers des stages ou des emplois dans des projets d’exploration, est inestimable pour développer les compétences nécessaires pour réussir dans ce domaine. La capacité à travailler en équipe, une bonne condition physique, et une résilience face aux défis des zones extrêmes sont essentielles.

Contrôleur de trafic aérien

Les contrôleurs de trafic aérien gèrent la sécurité aérienne, un rôle stressant dû à la nécessité de prendre des décisions rapides. Ce métier exigeant explique le faible nombre de candidats. En France, un débutant peut gagner environ 3 000 € par mois, avec une augmentation possible avec l’expérience.

Devenir contrôleur de trafic aérien

La formation pour devenir contrôleur de trafic aérien, souvent assurée par l’ENAC en France, requiert un baccalauréat pour l’entrée. Elle inclut théorie et pratique sur les règles de l’air et les procédures d’urgence. Les qualités clés incluent la capacité de gérer le stress, travailler en équipe, et communiquer efficacement.

One thought on “Ces 18 métiers bien payé que personne ne veut faire en 2024

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *