Agirc-Arcco : ce que change la suppression du malus

Le régime retaite Agirc-Arcco @Adobe

Depuis le 1er décembre 2023, la suppression du malus a été actée par l’Agirc-Arcco. Voilà ce que cela change pour les retraités du privé.

Quid avec la réforme ?

Le système de malus pour l’Agirc-Arcco pour ce mois de décembre 2023 a donc été acté. Il avait été mis en place en 2019 par l’Agirc-Arcco, le régime complémentaire du secteur privé. Ce malus également appelé coefficient de solidarité, ponctionnait temporairement 10 % des pensions pour les personnes faisant le choix de partir à taux plein.

Cela pendant trois ans ou jusqu’à 67 ans, cette décote devant inciter à travailler un an de plus. Mais avec l’entrée en vigueur de la réforme des retraites, le malus de pension a été supprimé. Ce sont les partenaires sociaux de l’Agirc-Arrco qui ont acté cela dans un accord du 11 octobre dernier.

Une fin en deux temps

Cette fin de malus concerne tous les retraités et futurs retraités, mais va s’opérer en deux temps. Pour les nouveaux retraités, le malus est supprimé à partir de ce 1er décembre 2023. Ce qui implique que le dispositif prend fin pour les personnes nées après le 1er septembre 1961, ainsi que celles nées avant et qui n’auraient pas fait valoir leurs droits.

Pour l’ensemble des retraités, soit ceux actuellement à la retraite et dont la pension est minorée de 10 %, le malus disparaîtra le 1er avril 2024.

Concernant le bonus de la retraite complémentaire, appelé aussi coefficient majorant, le site du service poublic explique que celui-ci sera maintenu “pour les assurés qui reportent leur départ de 2 à 4 ans et qui ne sont pas concernés par la réforme des retraites“.

11 thoughts on “Agirc-Arcco : ce que change la suppression du malus

  1. Le coefficient de solidarité doit être généralisé aux retraités étrangers. Il faut supprimer la conditionde devoir résider en France.

  2. NON !!!!!!
    Exact…assez d’argent qui sort de FRANCE pour qui ????? Ras le bol !!
    On est gouverné par de ignares qui eux ont rien à foutre…. ils sortent du gouvernement et ont une retraite à vie…. quelque soit leur âge …

  3. Payer des retraites aux étrangers retournés dans leur équivaut à payer jusqu’à 120 ans des retraites indues. en tout cas c’est ce qui a été constaté avec l’Algérie… Stop à l’hérésie.

  4. NON ! nous sommes d’accord pour arrêter la fuite. Comme il n’y a pas de plombier compétent, il faut en élire un et vite-fait !

  5. Non !!! un vrai contrôle annuel de vie et de résidence devrait être institué avant de verser des retraites à des gens de 120 ans décédés depuis longtemps.

  6. pas d’accord pour généraliser, controler les personnes étrangères tous les ans
    complètement d’accord avec la personne dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *