Retraite : comment avoir une pension à taux plein même sans avoir travaillé

Une option permet d’acquérir des trimestres manquants pour bénéficier d’une retraite à taux plein en France.

Avec l’âge, on peut se sentir épuisé et avoir envie de mettre un terme à sa carrière professionnelle. Mais vous n’avez pas encore rempli les critères pour une retraite à taux plein. En pratique, il existe une astuce pour cotiser à taux plein sans travailler.

Un taux calculé pour le taux plein

Rappelons tout d’abord qu’une retraite à taux plein signifie que le montant de votre retraite est calculé sans décote. En d’autres termes, le bénéficiaire a droit à l’ensemble de la pension à laquelle il a droit, selon les règles de calculs de son régime de retraite.

Le taux plein correspond à 50 % du salaire annuel moyen pour la retraite de base du régime général des salariés. Ce pourcentage est le taux maximum appliqué pour calculer la pension.

Pour bénéficier d’un taux plein, il faut atteindre l’âge de départ avec le nombre de trimestres requis cotisés.

Découvrez aussi :  Retraités, ne ratez pas cette palette d’aides auxquelles vous pourrez avoir droit...

Par exemple, si vous êtes né en 1957, il vous faut 166 trimestres (soit 41,5 années) ; si vous êtes né en 1960, il vous faut 167 trimestres (soit 41,75 années) ; si vous êtes né en 1973 ou après, il vous faut 172 trimestres (soit 43 années).

Si vous désirez arrêter votre carrière avant, il n’existe qu’une solution : racheter ses trimestres. Cette astuce va vous permettre d’atteindre le nombre de trimestres requis.

Deux cas se présentent

– Le rachat pour années d’études supérieures : vous pouvez racheter des trimestres pour les années d’études supérieures validées par un diplôme. Ce rachat est limité à 12 trimestres. Le coût du rachat, quant à lui, dépend de votre âge et de votre revenu au moment de la demande

    Le rachat pour années incomplètes :
    vous
    pouvez racheter des trimestres pour les années où vous n’avez pas
    validé les quatre trimestres maximum. Cette option est utile si
    vous avez eu des périodes de chômage non indemnisé, de travail à
    temps partiel, ou des interruptions de carrière.


Découvrez aussi :  Agirc-Arrco : on vous explique comment obtenir une majoration de 10 %

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *